top of page

Allergies saisonnières : que faire? misère!

Dernière mise à jour : 16 avr.

Les journées s'allongent. La neige est disparue en plusieurs endroits sous la chaleur de plus en plus intense des rayons du soleil. L'énergie de la terre refait surface. Les oiseaux migrateurs rentrent au bercail. Pas de doute, le printemps est là!


Pour la majorité des gens, le printemps est une saison de régénération et de renouveau, mais pour 20 % de la population, la pollinisation essentielle au renouveau de la nature signe plutôt le début du nez qui coule, de la gorge qui pique, des yeux qui pleurent et des éternuements.


Allergies saisonnières, rhinite allergique, rhume des foins – quel que soit le nom qu'on lui donne, ce phénomène peut être très inconfortable pour les personnes qui en souffrent.


Dans cet article, je vous propose des conseils ayurvédiques et quelques plantes médicinales pour soulager les symptômes des allergies saisonnières.

Pollen libéré par des fleurs

Qu'est-ce qu'une allergie saisonnière?

L'allergie est une réaction excessive de l’organisme à des agents extérieurs les allergènes auxquels il est particulièrement sensible. Cherchant à éliminer l’allergène, les anticorps de la personne allergique déclenchent des réactions de défense. C’est de cette façon qu’apparaissent les symptômes de la rhinite allergique comme les éternuements, l’écoulement nasal et les démangeaisons oculaires. La rhinite allergique saisonnière, communément appelée rhume des foins, est souvent causée par des allergènes provenant de l’air extérieur, généralement transportés par le vent (p. ex. les pollens).


Quels sont les allergènes les plus courants?

Au Québec, trois grands groupes de végétaux sont en cause dans les réactions allergiques : les arbres, les graminées et les mauvaises herbes. Chaque espèce végétale possède un cycle de vie qui lui est propre. Ainsi, la rhinite saisonnière débute habituellement au printemps, lorsque certains arbres libèrent leur pollen dans l’air. D’autres plantes libèrent ensuite leur pollen tout au long de l’été, et ce, jusqu’à la mi-octobre. Les réactions allergiques causées par les différents pollens se manifestent à peu près aux mêmes périodes chaque année, soit :

  • de mars à juin pour le pollen des arbres et des arbustes (chêne, orme, érable, aulne, bouleau, genévrier)

  • de mai à octobre pour le pollen des graminées (gazon, foin, pâturin, brome, chiendent, plantain)

  • de juillet à octobre pour le pollen de l’herbe à poux

Calendrier pollinique du Québec
Source : Institut national de santé publique du Québec

La prévalence de la rhinite allergique semble être en constante augmentation depuis les dernières décennies, et ce, à l’échelle mondiale, notamment en raison des répercussions des changements climatiques sur les espèces végétales. Puisque les changements climatiques allongent la période pendant laquelle les plantes et les arbres produisent du pollen, la période des allergies risque elle aussi de se prolonger au cours des prochaines années.


Signes et symptômes

La rhinite saisonnière cause différents symptômes, qui sont principalement provoqués par l’inhalation du pollen. Les symptômes peuvent prendre les formes suivantes :

  • aggravation de l’asthme, si la personne en souffre déjà

  • congestion nasale

  • signes de conjonctivite :

    • démangeaisons des yeux

    • écoulement purulent des yeux

    • gonflement des paupières

    • larmoiement

    • rougeur des yeux

  • écoulement nasal clair et abondant

  • éternuements à répétition

  • maux de tête

  • picotements et démangeaisons du nez, de la gorge et des oreilles


La prévalence de la rhinite allergique semble être en constante augmentation depuis les dernières décennies, et ce, à l'échelle mondiale, notamment en raison des répercussions des changements climatiques sur les espèces végétales.


Les effets secondaires de la rhinite saisonnière affectent aussi la qualité de vie de la personne allergique et de sa famille. Du printemps à l’automne, les activités quotidiennes ou sportives, les loisirs et le rendement au travail ou à l’école peuvent ainsi être perturbés par :

  • de la fatigue

  • de l’irritabilité

  • des problèmes de concentration

  • des troubles du sommeil


Vision ayurvédique

Selon l'Ayurveda, les allergies (au sens large) sont provoquées par une substance particulière – l'allergène – qui vient déséquillibrer et aggraver un ou plusieurs doshas : vata, pitta et/ou kapha. Le plus souvent, les réactions allergiques sont le reflet de notre constitution. Par exemple, une personne dont la constitution est à prédominance vata est plus susceptible de développer une allergie de type vata, tandis qu'une personne à prédominance pitta est plus susceptible de souffrir d'une allergie de type pitta. Cela est particulièrement vrai lorsque nos doshas prédominants sont aggravés par des déséquilibres.


Dans le cas de la rhinite allergique, c'est généralement le dosha kapha qui est en cause. Cela n'a rien d'étonnant puisque son siège se situe au niveau de la poitrine et du système respiratoire. Les symptômes des allergies de type Kapha comprennent l'irritation des muqueuses, le rhume des foins, le rhume, la congestion, la toux, l'infection des sinus, la rétention d'eau, l'encombrement des bronches, l'asthme et même des problèmes de sommeil.


De manière générale, les allergies se manifestent lorsque les conditions dans l'organisme sont propices, c'est-à-dire lorsque le feu digestif (agni) est trop faible, et lorsqu'il y a des déséquilibres ou présence d'ama (toxines). C’est ce qui explique que les allergies peuvent aller et venir au cours d’une vie. Il convient ici d'insister que le fait que l'allergène n'est pas véritablement dangereux, mais qu'il est perçu par l'organisme comme représentant un danger. Cet état de perception altérée témoigne d'un déséquilibre plus ou moins profond. Ces manifestations peuvent varier en rapidité, en durée et en intensité, surtout, en fonction de votre état de santé.


Conseils ayurvédiques


Jala Neti : le nettoyage du nez

Jala Neti - nettoyage du nez à l'aide d'un pot neti
Crédit photo : Yoga Simplement

Le nettoyage et la lubrification du nez font partie de la routine quotidienne (dinacharya) en Ayurvéda.


Jala Neti, ou rinçage du nez, est un processus de nettoyage et de purification des voies nasales. Il favorise la santé de la muqueuse des voies nasales et des sinus en éliminant en douceur l'excès de mucus ainsi que les irritants respiratoires comme la poussière, la saleté et le pollen.


Ainsi, il permet de dégager les voies nasales et d'atténuer la réponse immunitaire aux allergènes et les expulsant de l'organisme.


Pour réaliser Jala Neti, on utilise un pot neti, un contenant traditionnellement fait de cuivre qui ressemble à un arrosoir, que l'on remplit d'une solution saline (voir la recette ci-dessous). On verse l’eau dans une des narines et on incline la tête de côté de sorte que l’eau s'écoule par l’autre narine, puis on répète l'opération de l'autre côté.

Solution saline

Mélangez environ ¼ de cuillère à thé de sel minéral ou de sel de mer fin sans iode à environ 1 tasse d'eau chaude, jusqu'à ce qu'il soit complètement dissous. Il est recommandé d'utiliser de l'eau stérile, comme de l'eau distillée ou de l'eau préalablement bouillie et refroidie, pour préparer la solution de rinçage. Une fois la solution saline obtenue, versez-la dans le pot neti.


Nasya : la lubrification du nez

Le Nasya peut s'effectuer seul ou après Jala Neti. Si vous constatez que vos voies nasales sont sèches après le rinçage nasal, ou si vous souhaitez créer une barrière contre les allergènes, vous pouvez utiliser votre petit doigt pour lubrifier l'intérieur des narines avec un peu d'huile, soit immédiatement après le nettoyage au pot neti ou plus tard dans la journée.


Dans le cas des allergies, je vous conseille une de ces trois huiles, selon vos besoins :


Agni : le feu digestif.

La notion d'agni en Ayurvéda est à la base même de la santé. Elle désigne le feu digestif présent dans toutes les cellules et dans tous les systèmes de l'organisme. L'agni principal se trouve évidemment dans le tube digestif (jatharagni) mais il en existe 13 types différents.


Quand agni – le feu digestif – brûle avec une bonne intensité, notre corps ne réagit pas agressivement aux corps étrangers comme le pollen mais les élimine plutôt de façon tout à fait saine et inoffensive. Cela revient à dire que notre corps est plus résistant aux facteurs environnementaux quand le feu digestif est optimal.


La meilleure façon d'entretenir le feu digestif est par une alimentation adaptée à notre constitution.

Il est important de consulter un professionnel en Ayurvéda pour obtenir des conseils personnalisés sur l'alimentation qui vous convient.

Dans le cas de la rhinite allergique, puisqu'il s'agit d'un déségilibre du dosha kapha, on optera généralement pour des aliments chauds et légers, faciles à digérer. On évitera les aliments susceptibles d'aggraver davantage kapha et d'augmenter la production de mucus, notamment les produits laitiers, le blé, les viandes (sourtout les viandes rouges), le sucre, les aliments transformés, les breuvages froids ou glacés, les bananes, les arachides, etc.


Plantes médicinales

De manière générale, les plantes réchauffantes et stimulantes aideront à éliminer l'excès de kapha dans la poitrine et l'estomac, à favoriser un bon équilibre des fluides dans les tissus et à redonner de la force à un feu digestif paresseux. Toutefois, plusieurs autres plantes sont intéressantes pour atténuer les effets des allergies saisonnières.


Ortie

Ortie

L'ortie (Urtica dioica) a peut-être la réputation de provoquer des réactions utricantes quand on s'y frotte, mais c'est aussi une redoutable antihistaminique naturelle. Elle contient en effet des antagonistes du récepteur de l'histamine-1 (H1), ce qui en fait une plante très efficace pour prévenir les réactions pro-inflammatoires qui provoquent les symptômes des allergies saisonnières.


L'idéal est de consommer quotidiennement ses feuilles sous forme d'infusion avant et pendant l'exposition aux allergènes, à raison de 4 tasses (1 litre) par jour. On peut la consommer quotidiennement sur de très longues périodes.


Il convient de souligner qu'elle est également efficace dans les cas d'allergie aux animaux.


Chardon-Marie

Selon de récentes études, la silymarine contenue dans le chardon-Marie serait efficace pour soulager les symptômes de la rhinite allergique, notamment parce qu'elle est un excellent soutien du foie, respondable de la dégradation des protéines allergènes. Le chardon-Marie aide aussi à contrer les effets du stress oxydatif, responsable de nombreuses réactions inflammatoires.


Poivre noir, gigembre et poivre long
Crédit photo : Indigo Herbs

Trikatu

Le Trikatu - qui signifie « les trois piquants » - est une formule classique en Ayurvéda composée de poivre noir (Piper nigrum), de poivre long (Piper longum) et de gingembre (Zingiber officinale). Ce mélange est reconnu pour stimuler et réchauffer le feu digestif. À cet effet, il est idéal de le prendre avant les repas.


En cas de maux de gorge, vous pouvez l'accompagner d'une tasse d'eau chaude à laquelle on ajoute 1 c. à thé de miel.


Guduchi

La plupart des symptômes associés aux allergies saisonnières sont attribuables à une réponse immunitaire exagérée, que le Guduchi (Tinospora cordifolia) aide à calmer grâce à son action immunomodulatrice. Plus précisément, les composés présents dans le Guduchi stimuleraient l'activité phagocytaire des macrophages, influenceraient la production de cytokines et activeraient les cellules effectrices immunitaires, améliorant ainsi la réponse immunitaire.


Attention! De trop fortes doses peuvent cependant causer des dommages au foie. Il est donc essentiel de consulter un professionnel avant d'en consommer.


Conclusion

Comme vous pouvez le constater, il existe de nombreuses solutions naturelles aux allergies saisonnières, à commencer par l'adoption d'une hygiène de vie adéquate qui permet de restaurer l'équilibre naturel du corps.


La prochaine fois que le pollen vous fera sortir vos mouchoirs, rappelez-vous que l'alimentation, les soins quotidiens et les plantes médicinales font partie de ces solutions.





Sources :

Gouvernement du Québec. « La rhinite allergique en quelques chiffres »

Gouvernement du Québec. « Rhinite saisonnière (rhume des foins) »

Manuel Merck. « Rhinite allergique »



Posts récents

Voir tout

コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加
bottom of page